Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 08:00

Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C'est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s'est endurcie autour d'un secret qu'elle a su garder mais qui l'a dévorée de l'intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d'une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence. Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu'il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d'affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d'immenses domaines, la révolte est impossible. Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l'étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ? Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d'un petit garçon qui a gardé son humanité.

 

J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, du mal à entrer dans le style de l'auteur et dans les longues descripyions. Peut être parce que je ne suis pas habituée à ce genre d'écriture.

 

En tous les cas, une fois passée la 1ère adaptation, je me suis complètement immergée dans ce livre.

 

C'est noir tout du long... C'est un huit clos et c'est étouffant et c'est très triste très glauque...C'est dur, que des sentiments négatifs, très peu de lueurs d'espoir, pas d'amour, pas d'amitié, pas de liens familiaux, rien que le dur labeur, la routine violente.

 

Sandrine Collette se lance dans des descriptions longues qui pourraient nous faire frôler l'ennui. Heureusement, chaque chapitre est consacré à un personnage et chaque point de vue différent permet de casser un peu tout ça !

 

Ce livre est superbement dur, j'ai vraiment beaucoup aimé malgré parfois une sensation de faire du surplace mais justement je pense que cette lenteur amène beaucoup de choses.

 

A lire sans oublier de savourer la douceur de notre vie...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Isa
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'Isa
  • : Des livres, que des livres, surtout des livres !
  • Contact

Texte Libre

Recherche