Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 08:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51-WelHy-PL._SL500_AA300_.jpg

 

A la fin de ses études universitaires, Jack Branch revient enseigner dans la petite ville du Mississipi où il a grandi, dans l’école où son propre père enseignait. Dans son cours, qui a pour thème le Mal et ses représentations à travers l’art et l’histoire, un élève semble isolé, un peu étrange. Il s’appelle Eddie Miller, et son père est mort après avoir été condamné pour le meurtre d’une étudiante. Peu à peu, Jack se prend d’affection pour le gamin, à qui il suggère d’écrire son devoir de fin de trimestre sur son père, afin de se libérer du poids du passé. Alors que le jeune Eddie enquête pour sa dissertation, le passé de Jack lui-même refait surface – empêtré dans son désir de sauver Eddie, inquiet au sujet de son père, impuissant face à ses propres illusions, Jack se retrouve insidieusement happé dans une tragédie digne de ses propres cours sur le Mal.

 

Je crois que quand on a goûté aux livres de Thomas H.Cook on devient accroc ! En tous les cas, c'est le cas pour moi 

 

Je me suis plongée dedans avec précipitation et j'ai savouré au fil des pages.

 

J'avouerai que les premières pages m'ont un peu laissée dubitative mais j'ai continué car je savais qu'il me fallait un temps d'adaptation comme souvent je trouve avec cet auteur. Il a un style particulier, difficile à décrire...

 

L'histoire se passe dans le Sud des Etats-Unis et rien que l'atmosphère rend le roman oppressant et on sent petit à petit la tension monter...

 

On alterne passé et présent - il faut d'ailleurs être bien concentrée pour lire car j'ai trouvé que par moments la frontière entre le passé et le présent était bien mince - on sent que le drame va arriver mais jusqu'au dernier moment on ne sait pas exactement de quoi il retourne et on vit le livre en étant enfermée dans une atmosphère assez oppressante...

 

Le mal et la noirceur sont présents à chaque page et il y a ici très peu de place pour l'espoir et la lumière...

 

J'ai adoré ce roman noir et je remercie mon amie Sophie pour le prêt !

Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 21:10

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41u8guIK6eL._SL500_AA300_.jpg

 

2008, Gloucester, États-Unis. Dix-sept jeunes filles d’un même lycée tombent enceintes en même temps. Stupeur dans la ville. La rumeur publique fait état d’un pacte. Les gamines se seraient concertées pour faire et élever leurs enfants ensemble. Qu’en est-il exactement ? 
À une journaliste venue enquêter sur l’événement, quatre d’entre elles se racontent. 
Il y a Lana, la meneuse, dont le père a disparu un jour, la laissant seule avec une mère devenue mutique, abrutie de médicaments, d’alcool et de télévision. Placée un temps dans un foyer, elle y a rencontré Cindy dont la mère a quitté le domicile pour s’enfuir avec le plombier et que sa tante a ensuite recueillie. Il y a Sue, coincée entre ses parents puritains et bien-pensants, et Kylie, qui partage la passion de sa mère pour Kylie Minogue et enchaîne les concours de Mini-Miss depuis toute petite. 
Leurs voix se succèdent pour évoquer le « groupe », leurs relations, le mystère de leur grossesse multiple et ce pacte, qui leur permet d’échapper au quotidien d’une ville portuaire où le chômage et ses conséquences déciment les familles et laissent peu de place à un avenir meilleur. 
À travers la narration croisée de ces quatre vies d’adolescentes, à travers le récit de leur enfance et de leurs blessures, de leurs espoirs et de leurs bonheurs, Vanessa Schneider nous raconte avec tendresse et non sans humour une certaine société américaine entre désoeuvrement, rêves et réalité.

 

 

Récit véridique ou roman ? On se le demande....

 

L'histoire de ces adolescentes nous est présentée tel un documentaire. Quatre des dis-sept filles parlent à tour de rôle dans ce roman. Elles ont un langage parlé et racontent leurs histoires à une journaliste qui désire écrire leurs histoires et essayer de les comprendre.

 

Un pacte entre les jeunes adolescentes serait à l'origine de ces grossesses simultanées....

 

Les filles nous racontent leurs peines, leurs secrets, dévoilent certaines choses, en cachent d'autres, parlent les unes sur les autres et c'est ainsi que nous apprenons petit à petit l'histoire...

 

J'ai eu un peur en commençant le livre que ce soit trop, comment dire, que l'on tombe dans certains clichés des adolescentes enceintes...notamment à cause de leurs tristes histoires de familles (décès, départ du papa, placement en foyer)...

 

Peur aussi du syle avec le langage des filles comme si elles s'adressaient à nous et au fil des pages ces sensations un peu négatives se sont estompées et je me suis mise à vivre avec elles (même si à aucun moment je ne me suis mise à leurs places), on porte toujours un jugement sur les adolescentes enceintes je pense c'est toujours dérangeant finalement mais là il y a un petit quelque chose qui s'est produit comme si on les voyait mûrir au fil des pages...

 

J'ai trouvé ce roman touchant, ça aurait vite pu tomber dans le pathétique ou le "trop" mais non on est emporté un peu malgré nous.

 

Je ne sais pas si j'aurai lu ce livre sans les Matchs de la Rentrée Littéraire de PriceMinister...

 

http://www.priceminister.com/blog/wp-content/uploads/2011/08/rentree_litteraire.png

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 07:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41uIkBBXVOL._SL500_AA300_.jpg

 

Par une chaude journée de juin, trois femmes débarquent à Nantucket avec leurs enfants en bas âge, leurs immenses chapeaux et leurs problèmes. Vicki, mère de deux garçons, tente de composer avec la terrible nouvelle de sa maladie. Sa soeur, Brenda, a dû quitter son poste de professeur à l'université à cause de sa liaison avec un étudiant. Et leur amie Mélanie, après sept vaines tentatives de fécondation in vitro, se retrouve enceinte, alors qu'elle vient d'apprendre que son mari la trompe. Elles sont venues à Nantucket pour s'évader et goûter la douceur de ce début d'été. Mais, bientôt, Josh Flynn, un jeune natif de l'île, s'insinue dans leur maison et dans leurs vies. Très vite, elles ne peuvent plus se passer de lui... Elin Hilderbrand nous offre ici un roman drôle, tendre, pétri d'émotion.

 

Un bon petit roman féminin qui ne tombe pas dans le cucu... Je trouve que cela se rapproche énormément des romans de Cathy Kelly pour ceux qui connaissent... Le style est fluide, agréable, facile à lire...

 

Un roman qui semble léger avec ses trois femmes qui se retrouvent à passer l'été à Nantucket ensemble... Le livre m'a donné envie d'y aller passer des vacances !

 

Elles essayent non pas de fuir leurs problèmes mais plutôt de les vivre ailleurs afin de prendre du recul et de se serrer les coudes...


Le livre se savoure, il se lit tranquillement, on apprend à connaître ses trois femmes, leurs problèmes, des problèmes assez sérieux et graves et sous un ton qui se veut léger mais qui ne l'est pas vraiment, on ressent beaucoup d'émotions, leurs joies, leurs peines, leurs échecs et leurs victoires, une histoire de famille, d'amies, de couples, de maladie, de lutte, d'espoir... La vie tout simplement...

 

Ce roman est le genre de livres qui fait du bien entre deux thrillers, on vit tout simplement l'histoire et on se laisse porter au fil de l'eau et quand on a fini le livre on a un peu l'impression que ces femmes sont devenues des amies...

 


Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 07:00

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/Grandes110/5/8/8/9782253128885.gif

 

Colchester, dans l’Essex. C'est un double meurtre particulièrement horrible qui attend l'inspecteur détective Philip Brennan lorsqu'il arrive sur la scène de crime : il découvre les corps de deux femmes sauvagement assassinées. L'une gît sur le sol de l'entrée, baignant dans son sang, l'autre est attachée sur son lit, les yeux révulsés, le ventre ouvert. La victime était enceinte, sa grossesse presque à terme. Et tout porte à croire que le tueur a extrait et emporté le fœtus… Personne ne peut imaginer quelle sorte de fou est capable de commettre des actes aussi monstrueux. Quand la psychologue Marina Esposito est affectée à l'enquête, ses conclusions font l'effet d'une bombe : une femme est impliquée dans l'affaire. Une femme désespérée de ne pas avoir d'enfant…

 

Attention ! Je crois que ce thriller n'est pas à mettre entre toutes les mains... Je conseille aux femmes enceintes d'éviter de le lire...

 

Certains passages font vraiment froid dans le dos, pas forcément le côté "gore" qui est présent, mais plutôt le côté psychologique avec les bébés, ça m'a vraiment fait quelque chose, ça m'a perturbée je dirai presque.

 

Enfin, j'ai trouvé ici un excellent thriller qui nous tient en haleine tout du long, sans temps morts. Les personnages sont vivants, crédibles et l'enquête est menée tambour battant. Les pages se tournent toutes seules et on est toujours avides d'en savoir plus.... 

 

Une très bonne lecture prenante qui vous fait frémir...........

Repost 0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 07:00

 

 

La jeune journaliste Audrey Grimaud est dépêchée sur une affaire d'incendie criminel au hameau, dans une campagne austère déjà bouleversée depuis une douzaine d'années par une série de meurtres commis par un mystérieux tueur surnommé l'Empailleur. Le passé d'Audrey est étroitement lié à ce lieu où, petite, elle venait passer ses vacances chez ses grands-parents, membres d'une communauté de " Purs " vivant à l'écart du monde moderne selon des principes sectaires, et où elle a découvert de lourds secrets bien enfouis. L'incendie criminel qui fait sept victimes parmi les Purs est-il lié aux meurtres en série ? Tous ces événements ont-ils un rapport avec l'histoire nébuleuse du hameau ? La vérité ne se trouve pas toujours là où on le pense... Une écriture elliptique et percutante, une intrigue pleine de rebondissements, un suspense haletant. Le Hameau des Purs est un thriller inquiétant qui malmène le lecteur de bout en bout et le tient en haleine jusqu'à la toute dernière ligne. Ames sensibles, s'abstenir !

 

Alors là bravo !! Un grand grand bravo pour ce livre....

 

Que de noirceur dans ce livre....

 

Tout commence presque comme un documentaire, une jeune journaliste raconte son enfance au hameau des purs... Tout y est le mode de vie, les personnages, les histoires de cette "secte" se rapprochant beaucoup des amish... Les purs ne sont pas aussi purs qu'ils n'y paraissent... Loin de là... On découvre peu à peu une atmosphère un peu étouffante, glauque qui met mal à l'aise....

 

Le livre se poursuit par l'enquête de la journaliste lors de l'incendie criminel qui a eu lieu dans ce hameau... Tout dans ce livre appelle à la violence, à la mort, aux secrets épouvantables, à la noirceur des personnages....L'enquête avance avec son lot d'horreurs et....


...Et le final... un grand grand final, une fin qui vous laisse pantois(es) et qui vous fait froid dans le dos... Une fin complètement inattendue... étrange et envoutante voire même dérangeante !

 

J'aime quand je me sens complètement déboussolée comme ça et complètement emmenée là où l'auteur voulait m'emmener sans que je m'en rende compte une seule seconde... Je n'ai rien vu venir et ça c'est un grand "chapeau bas l'artiste" !!! Je vais suivre cet auteur de près !

 

Merci à Sophie pour ce livre !

Repost 0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 10:00

À travers la chronique d'un scandale sexuel dans un collège huppé du Vermont, le portrait sombre et sans illusions d'une jeunesse livrée à l'alcoolisme, à la sexualité précoce et à la violence des images. D'une actualité brûlante, un roman coup de poing qui nous met face aux contradictions de notre société. Le lycée Avery, prestigieuse pension de Nouvelle-Angleterre, est sous le choc depuis la découverte d'un film. Sur cette vidéo, les ébats sexuels de quatre élèves : trois garçons, ivres, et une fille de quatorze ans. Telle la boîte de Pandore, la cassette, dont le contenu circule bientôt sur internet, va libérer les secrets d'une petite communauté apparemment sans histoire, entre mensonges, adultères, hypocrisies, jalousies, culpabilité... La machine à broyer médiatique est en marche, n'épargnant personne, ni les adultes, ni les élèves, jusqu'au drame...

 

Je vais commencer par remercier Mya Rosa pour le prêt de ce livre.

 

Je connaissais déjà Anita Shreve...  Le problème de cet auteur c'est qu'elle sait faire de très bons romans mais qu'elle sait aussi faire des romans assez cucu-la-praline alors toujours difficile de savoir quoi lire d'elle...

 

Heureusement, celui-ci fait partie des bonnes surprises.

 

Une sombre histoire de scandale sexuel dans un collège huppé et tout part en vrille...

Le roman nous est présenté par de courts chapitres, chaque chapitre fait parler un personnage donc chaque chapitre a son style propre et tout n'est pas forcément raconté au même moment - il l'y a l'avant-sancadale, l'après-sacandale et le pendant bien évidemment...

 

Chaque protagoniste vit les choses à sa manière nous dévoilant ce qui s'est passé ce jour là... Tout vole en éclat à partir de la découverte de la cassette vidéo...

 

Je n'ai éprouvé aucune compassion pour la jeune fille de 14 ans, j'ai plutôt été touché par les réactions des garçons, des parents et du directeur de l'école...

 

L'histoire m'a dérangée dans un sens car j'ai eu un peu l'impression qu'on punissait des personnes pas forcément punissables... on applique juste des lois... sans se soucier du reste... et ça... je n'aime pas...

 

Malgré cela, j'ai énormément apprécié cette lecture, le livre se lit vite et je dois avouer que certains personnages m'ont beaucoup touché comme Silas et Noëlle qui auraient pu une vivre une si jolie histoire d'amour....

 

Rien de cucu dans ce livre, loin de là, le ton est grave et l'histoire difficile pour tout le monde, les parents, les garçons et...la soi-disant victime... 

 

Comme Mya Rosa je me demande si l'histoire n'est pas tirée d'un fait réel, ça y ressemble beaucoup....

 

Je suis loin du coup de coeur mais j'ai pris un réel plaisir à me plonger dans cette histoire !

Repost 0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 07:00

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4126BR7QFZL._SL500_AA300_.jpg

Pour pirater la surveillance électronique de la banque où travaille son mari Adam Smart, Dorana a besoin de deux choses : sa voix et sa main. Cela peut s'arranger, surtout lorsque, à la clef, il y a quelques millions de dollars... Mais elle doit, ainsi que ses complices, affronter le compagnon favori d'Adam Smart : Dust, le chien policier recueilli par le banquier. Une bête d'une intelligence redoutable, dressée à flairer et à tuer, réformée pour agressivité pathologique, «une saloperie vivante», avaient averti les flics. Et c'est dans un véritable cauchemar que l'auteur du Chien de minuit, Prix du roman d'aventures 1994, précipite ses personnages. Un suspense d'autant plus angoissant que la férocité de l'animal ne fait, après tout, que refléter celle des hommes...

 

Le talent de Serge Brussolo n'est plus à démontrer. Cela faisait un moment que je n'avais rien lu de cet auteur pourtant. Merci à ma grande amie Sophie qui me l'a gentiment prêté !


Une fois de plus, je me suis laissée embarquer dans cette histoire...


Je n'ai vraiment apprécié le livre qu'à partir de la 70è page... Au départ, j'ai eu un peu de mal avec le style et les personnages et l'atmosphère un peu noire du livre, un peu irréel je dirais, pas dans le sens fantastique du tout mais dans le sens très diffférent de ma vie à moi !


Ceux-ci sont tous un peu spéciaux et paumés et pas comme tout le monde on passe de l'épouse marié à un homme indifférent qui ne jure que par son chien - ledit chien est très particulier, il fait peur, personne ne l'aime il est violent, cruel et ne supporte et n'aime que son maître  - et enfin les paumés, l'imitateur poursuivi, le doc chirurgien plastique qui a servi dans l'armée et la brute épaisse.... Vu comme ça les personnages ne sont pas engageants du tout et d'ailleurs ils ne m'ont pas particulièrement touchés d'une aucune manière mais l'intrigue est EXCELLENTE... Les pages se tournent toutes seules...


Dorana, l'épouse délaissée, met en place un cambriolage avec une stratégie qui tient bien la route et au final ça se goupille plutôt mal... Ce n'est pas très moral mais on a envie presque qu'ils s'en sortent et on essaye de voir comment ça évolue tout ce bazar ! Au final, qui tire vraiment les ficelles de tout ça ? 

 

Pour moi, le vrai personnage de ce livre c'est le chien, le chien qui influe toutes les décisions de tout le monde, cela est très angoissant... Pour un peu, je me méfierai des chiens moi qui aime les animaux !!

 

Plein de noirceur dans ce livre, à la limité du dérangeant et comme le dit Sophie dans sa critique, la fin est juste...parfaite !!!

 

Donc à lire absolument et ne pas se laisser prendre par un début qui peut ne pas plaire car la suite est géniale et on lit ici un roman pas comme les autres !


Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 13:00

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/512ZW7lFPWL._SL500_AA300_.jpg

 

Sur une route déserte de l'Oregon noyée par la pluie, une voiture abandonnée, moteur en marche, un sac de femme sur le siège du conducteur. Rainie, une avocate séparée de son mari, Pierce Quincy, ex-profiler, a disparu. Dérive d'une femme au passé d'alcoolique ou conséquence d'une des redoutables affaires dans lesquelles elle s'investissait parfois dangereusement ? Un homme sait ce qui s'est passé cette nuit-là. Et lorsqu'il contacte les médias, le message est clair, terrifiant : il veut de l'argent, la célébrité. Sinon, personne ne reverra Rainie. Aidé de sa fille, agent du FBI, Pierce se lance dans l'enquête la plus désespérée de sa vie, sur la piste d'un criminel sans visage et de la femme qu'il n'a jamais cessé d'aimer.

 

Un bon petit Lisa Gardner !

 

D'après ce que j'ai pu lire ici et là, ce serait un des volets mettant en scène le couple d'enquêteurs Quincy et sa femme Rainie...

Je  sais que j'ai lu d'autres livres de cet auteur mais impossible de me souvenir si j'ai déjà croisé ces enquêteurs ! En tous les cas, cela ne m'a pas gêné du tout dans le cadre de l'histoire !

 

L'intrigue et le déroulement de l'enquête restent dans un domaine très classique pour ceux qui ont l'habitude comme moi des romans policiers mais malgré tout j'ai été très prise par l'histoire qui ne s'essoufle jamais, on ne s'ennuie pas, les pages se tournent et on a envie de savoir comment tout cela va bien pouvoir finir et surtout qui a enlevé Rainie !!!

 

Repost 0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 08:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51gsk25AP-L._SL500_AA300_.jpg

1440. Guillemette le Drappière, mère supérieure d'un couvent de Nantes, enquête sur la disparition d'un enfant dans la région. Bien vite elle s'aperçoit que le cas n'est pas isolé, qu'au fil des années ce sont des dizaines de jeunes enfants qui se sont volatilisés. Refusant d'abord de croire les sombres rumeurs qui courent sur les moeurs effrayantes, mêlant débauche et occultisme, d'un seigneur de la région dont elle a jadis été la nourrice, elle se rend bientôt à l'évidence : c'est vers Gilles de Rais que la portent ses soupçons. Mais, héros de la guerre de cent ans et compagnon d'armes de Jeanne d'Arc, le seigneur de Rais est considéré comme intouchable.
2002. Lany Dunbar, mère de famille et membre d'élite de la police de Los Angeles, reçoit un matin le type d'appel qu'elle redoute le plus, celui d'une mère de famille affolée dont le fils a disparu. En dépit de sa longue expérience dans ce genre d'affaires, elle n'a alors aucune idée de l'horreur dans laquelle elle va être plongée et qui va l'amener à affronter un tueurs d'enfants dont les meurtres ont, depuis des années, échappé à la police. Deux vagues de crimes dont les cibles sont des enfants, séparées de six siècles l'une de l'autre mais aux connections surprenantes ; deux figures du mal intouchables, que deux femmes, liées par un même sens passionné de la justice, vont s'acharner à confondre. Avec ce voyage haletant à travers le temps et l'histoire, qui allie un incroyable sens du suspense et de l'intrigue, Ann Benson fait une entrée fracassante dans la cour des grands.

 

Je remercie déjà le forum plume-libre sans qui cette lecture n'aurait pas été possible !

 

Quand j'ai reçu le livre et que j'ai vu le pavé que c'était, je me suis "waouahouahah".....C'est toujours impressionnant un pavé car si le livre est bien ce n'est que du bonheur mais si il n'est pas bien c'est un peu du gâchis... 

 

J'ai beaucoup apprécié les deux intrigues - elles sont complètement similaires l'une se passant de nos jours, l'autre en 1440... Nous voyons ici deux héroïnes complètement différentes, enquêter sur des disparitions et meurtres d'enfants...

 

A chaque chapître, on change de siècle et on change d'histoire, de personnages et on essaye de comparer les différentes méthodes et on cherche inlassablement le lien qui reliera les deux histoires entre elles....et on sait d'office qu'il n'y en a pas (on le sait quand on lit déjà les autres critiques un peu partout donc j'espère ne pas me faire huer en disant cela, je dévoile un petit quelque chose malgré tout mais bon....) et malgré le fait qu'on sache cela, je me suis sentie un peu frustrée... J'aurai aimé avoir un lien, même tout petit... quelque chose qui relie les héroïnes, ou leurs enfants ou même le monstre pervers.... Mais non... Juste cette sensation de deux livres en un... C'est peut-être d'ailleurs cela qui fait le charme du livre... Je me pose la question de savoir si Ann Benson avait écrit deux livres au lieu d'un... est ce que j'aurai autant apprécié ?

 

Cela restera malgré tout une très bonne lecture mais avec un petit goût de "il manque quelque chose"...  J'avais une attente et elle n'a pas été satisfaite !! Je n'arrive pas pour le moment à me libérer de ce sentiment de frustration !

 

Je conseille malgré tout ce livre car j'ai vraiment passé un bon moment et ce pavé se lit tout seul....

Repost 0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 08:00

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51t-j6tG-xL._SL500_AA300_.jpg

 

En exil à New York pendant cinq longues années, Adam Chase a essayé de panser ses plaies et de pardonner à sa famille qui le soupçonnait d’être coupable dans une sombre histoire de meurtre. Mais lorsque son meilleur ami l’appelle à l’aide, il n’hésite pas à rentrer chez lui, en Caroline du Nord, dans ses terres rouges. Quelques heures à peine après son arrivée, il est agressé, battu, et quand on découvre un cadavre, la petite ville se retourne contre lui. Rien n’a changé pour Adam : il est de nouveau le premier suspect.

 

 

Un bon petit thriller sympathique comme tout...

 

J'aime dans ce genre de livre l'atmosphère du Sud des états-Unis, la petite ville, le personnage principal qui revient dans sa ville et reprend contact avec les "autochtones"...

 

Personne n'est tout blanc ni tout noir...Adam doit essayer de se dépatouiller avec ses vrais et faux amis, sa famille... Le tout dans un style très sympa à lire, bien que classique dans la construction mais les fameux secrets de famille font vraiment toute la différence et on est complètement plongé dans l'histoire !

 

Un moment de lecture que j'ai vraiment apprécié et je continuerai à lire cet auteur sans aucun doute...

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d'Isa
  • : Des livres, que des livres, surtout des livres !
  • Contact

Texte Libre

Recherche